Comment fonctionne le PER individuel ?

Par | 0 Comments

Qu’est-ce qu’un plan d’épargne retraite (ou « PER ») ? Outre le PER individuel, quelles sont les autres catégories existantes ? Fiscalité, souplesse, sortie en capital, en rente…découvrez quels sont les multiples avantages du PER individuel. Comment le débloquer, y compris avant  sa retraite ? Quel type de placement choisir entre PER d’assurance et PER d’investissement ?

Qu’est-ce
qu’un plan d’épargne retraite ?

Le PER est un dispositif d’épargne retraite à long
terme à destination des particuliers. L’épargne constituée pendant la vie
active sera reversée sous forme de capital ou de rente au moment de la
retraite, quand l’épargnant décide de débloquer son PER.

Il existe des PER d’entreprise (PER d’entreprise collectif et PER d’entreprise obligatoire).

Intéressons-nous ici au seul PER individuel (ou « PERIN »).

Contrairement à d’anciens systèmes d’épargne retraite antérieurs, réservés
exclusivement aux travailleurs non salariés ou « TNS » (contrat
Madelin) ou aux seuls salariés (article 83), le PER individuel est ouvert à la
fois aux TNS, salariés et demandeurs d’emploi.

Il peut s’agir d’un PER d’assurance (assurance-vie) ou d’investissement (compte-titres).

Les conséquences d’un bon plan d’épargne retraite individuel

Quels sont les avantages du PER individuel
?

On peut énumérer les avantages suivants :

Un complément de revenus à la retraite.Le système légal de retraite par répartition ne permet plus de percevoir des revenus équivalents à ceux perçus durant la période d’activité professionnelle. Par exemple, une fois à la retraite, un TNS percevra environ 25% de ce qu’il gagnait.

Le PER comble totalement ou partiellement ce manque à
gagner (s’il est toutefois investi judicieusement pendant la période d’activité
professionnelle).

PER individuel repose sur le principe des versements libres.

Rien n’empêche un particulier de mettre en place des versements programmés et/ou ponctuels, en fonction de l’évolution de ses revenus.

Une fiscalité souple et avantageuse. Le PER dispose d’une fiscalité avantageuse, car un particulier a le choix entre 2 options lors de la souscription de son plan :

– Avantage fiscal immédiat (déduction des versements
sur son revenu imposable pendant la période d’activité professionnelle).  

– Avantage fiscal différé (qui démarre une fois
l’épargnant à la retraite) en cas de sortie en capital : exonération d’impôts
sur le revenu et de prélèvements sociaux, seules les plus-values sont
imposables (soumises au prélèvement forfaitaire unique).

En cas de sortie en rente : régime fiscal des rentes
viagères à titre onéreux.

N.B. : en cas décès de l’épargnant, le PER individuel d’assurance est clôturé, et
l’épargne versée au bénéficiaire du contrat est taxée comme une assurance-vie
classique : si le décès survient après l’âge de 70 ans, cette épargne est
soumise aux droits de succession (après l’abattement de 30 500 euros).

Quant au PER d’investissement, l’épargne est considérée comme une valeur
mobilière, elle intègre donc l’actif
successoral.

Enfin, contrairement à certains investissements (Sofica, investissements locatifs…), le PER n’entre pas dans le plafonnement annuel des niches fiscales (10 000 euros par an et par foyer fiscal maximum).

La possibilité de percevoir son épargne sous forme de capital, de rente, ou à la fois en capital et en rente (contrairement à certains plans d’épargne retraite comme le Madelin, versé exclusivement sous forme de rente).

Le capital d’un PER individuel peut être versé en une seule fois ou en plusieurs fois.

PER individuel bien géré = épargne retraite au sommet

Comment débloquer son PER individuel ?

L’épargnant doit attendre l’âge légal de départ à la
retraite.

Il existe
cependant des cas de déblocages anticipés de PER avant l’âge de la retraite
: achat de résidence principale, invalidité, décès
du conjoint ou du partenaire de PACS, cessation d’activité non salariée
consécutive à une liquidation judiciaire, surendettement, fin d’allocation chômage.

« Assurance » ou « investissement » : quel PER individuel choisir ?

Un PER doit vous apporter un complément de revenus
suffisant une fois à la retraite (sans recourir
au crowdfunding
…). Mieux vaut donc opter pour un PER d’assurance. En
effet, un PER individuel d’investissement ne sécurise pas vos plus-values, vous
êtes donc tributaire des aléas
des marchés financiers
. Inversement, un PER d’assurance, s’il est investi
en fonds euros, vous garantit à la fois le capital épargné et les intérêts qu’il
génère.

Un compromis intéressant consiste à opter pour un PER
d’assurance basé sur une assurance-vie multisupport (possibilité d’investir sur
un fonds en euros et/ou des unités de compte, ou « UC »).

Ainsi, lorsque les marchés sont baissiers, après une
longue période de crise, vous pouvez réaliser un arbitrage et basculer une
partie du capital investi en fonds euros vers des UC au sein du même PER individuel.

Par exemple des UC indexées sur un fonds indiciel (comme le CAC 40), afin de profiter d’une embellie générale des marchés financiers ou d’un secteur économique ciblé.

Une fois que
vous avez réalisé des plus-values sur votre capital investi en UC, sécurisez-les
!
Comment ? En procédant à des
arbitrages vers des fonds euros pour sauvegarder le capital et les intérêts
investis en UC, et augmenter ainsi votre capital garanti investi en fonds euros.

N’attendez pas trop : certes, vos plus-values peuvent augmenter encore davantage, mais aussi baisser subitement en cas de retournement des marchés.

Recommencez l’opération là chaque baisse importante des marchés.

Bien entendu, plus vous êtes proche de la retraite,
plus ce genre d’opération doit être réalisée avec parcimonie, pour ne pas risquer
de faire fondre une part importante de votre capital retraite.

Aussi, quel que soit le support choisi, et à moins d’être un investisseur particulièrement averti, confiez votre PER individuel à un gestionnaire efficace, réactif, avec des frais de gestion raisonnables.

Et vous, que ferez-vous avec votre épargne retraite ?

FAQ

Peut-on
transférer un PER ?

Même s’il s’agit d’une opération payante (et parfois
relativement longue), si vous êtes mécontent des performances et/ou de la
gestion d’un PER par votre assureur ou votre société de gestion, rien ne vous
empêche de transférer ce PER vers une autre compagnie.

Est-on
assuré de percevoir son capital investi en PER à la retraite ?

Gardez toujours à l’esprit que l’organisme gestionnaire de votre PER peut faire faillite avant votre départ à la retraite. Ou après.

Par conséquent, dans la mesure du possible :

– N’investissez pas tout votre capital dans un PER individuel

– Diversifiez vos placements (par exemple dans
l’immobilier ou dans des parts de PME)

– Ne confiez pas toute votre épargne à la même institution financière

Qui va gagner la Ligue des champions en 2023 ?

Joker.