potager-poids-plume-Edouard-Teulieres

Quoi de neuf Voltaire? Il faut cultiver notre jardin

Par | 2 Comments

La « malbouffe » fait rage.
Ainsi, quand Findus joue le mauvais cheval en mentant à ses clients sur la nature de la viande, Mac Donald souffre d’une réputation de maltraitance envers les animaux (procédés n’altérant officiellement pas le goût du plat final). Au-delà des enseignes peu vertueuses gastronomiquement parlant, une entreprise cristallise beaucoup des passions alimentaires contemporaines : Monsanto. Cette entreprise américaine est l’un des producteurs majeurs de semences génétiquement modifiées. Toutefois et malgré des pratiques présentant des risques avérés pour la santé, Monsanto jouit juridiquement d’une impunité totale aux Etats-Unis, depuis le vote du séditieux « Monsanto Act ».
En résumé, les estomacs sont parfois floués, et de fait, un climat de suspicion s’est installé : beaucoup entendent savoir ce qu’ils mangent et exigent une nourriture saine.

Par ailleurs, le prix des matières agricoles est déterminé par la Bourse de Chicago. Il convient donc d’acheter en fonction de l’offre et de la demande fixée par la dite Bourse. Concrètement, certains produits alimentaires sont devenus des produits financiers spéculatifs, au même titre que des actions et autres SICAV.
Autrement dit, en raison de ces spéculations, la valeur d’un fruit ou d’un légume corrélée sur son cours de bourse peut augmenter drastiquement le prix de celui-ci vis-à-vis du consommateur final.

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le Huffington Post: http://www.huffingtonpost.fr/edouard-teulieres/jardin-potager-bio_b_3518930.html