The-great-coral-reef

L’avènement du déni écologique

Par | 1 Comment

Le 1er novembre dernier, la Chine et la Russie ont officiellement refusé la création d’un sanctuaire marin dans les eaux australes. Ironiquement, le magazine National Geographic publie cette semaine une étude montrant les incidences d’une montée des eaux sur le globe provoquée par la fonte des glaces. Certes, le phénomène n’interviendrait pas avant 5000 ans et les Poutine et autres Xi Jinping auront passé l’arme à gauche depuis belle lurette.

Pendant ce temps, les Etats-Unis exploitent toujours du gaz de schiste, faisant fi des dommages collatéraux tels les tremblements de terre et autre pollution des nappes phréatiques. Holy schiste, ce ne sont que des broutilles…

Le Brésil continue quant à lui sa destruction méticuleuse de la forêt amazonienne, poumon vert avéré de la planète.

Enfin, l’Australie pourrait donner le feu vert à l’exploitation minière de la barrière de corail jouxtant ses côtes maritimes. Lorsqu’on sait que celle-ci a perdu la moitié de ses coraux depuis 1985 en raison de facteurs climatiques, écologiques et industriels, on ne peut qu’applaudir des deux mains le GBRMPA (organisme australien chargé de la protection de la barrière) et deux de ses membres accusés de conflits d’intérêts, car travaillant également pour des compagnies minières projetant de forer la grande barrière.

La barrière de corail s’étiole, la barrière morale également.

« Tout est fric »

Quels enseignements tirer de ces agissements préoccupants en divers points du globe? Que les pays cités privilégient leur intérêts économiques court-termistes. Qu’il n’existe aucune institution capable de s’opposer à leurs actions, nonobstant leur impact néfaste et avéré sur l’écologie mondiale. Alors président de la République française, Jacques Chirac avait professé en 2002 lors du Sommet de la Terre à Johannesburg: « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas ». Ce sonnet lors du Sommet n’a malheureusement pas pris une ride.

 

Lire la suite de cet article sur le site du Huffington Post Maghreb:

http://www.huffpostmaghreb.com/edouard-teulieres/lavenement-du-deni-ecolog_b_4246876.html