booba-vs-la-fouine-version-Poids-Plume-Edouard-Teulieres

La fouine VS Booba : clashs et cash

Par | 0 Comments

 

Confortablement installé dans son appartement cossu de Miami, Booba soulève des altères, s’adonnant à son activité favorite : la fonte des graisses. La chose faite, il prend un bout de papier trainant sur un coin de table et se consacre au refrain de sa prochaine punchline :

 

« Wesh, à la fraîche avec des poules dans ma swiming pool à Miami 2.0,

Ici, je surnage sur les flows, no hashtag suivi du mot « #blaireaux ».

Avec MC Julien Lorcy, c’est pas la première fois que j’accepte de les boxer, tous ces soi-disant caïds des cités.

Je leur explose davantage l’arceau que LeBron devant ma loge,

Connectez-vous sur looser.connes et tous ensemble, prononcez mon éloge.

The Rohff is on fire, La Fouine rentre dans son terrier, yeah,

La différence entre vous et moi, c’est que je suis mythique, vous seulement méphitiques. »

 

A l’évocation du dernier rappeur cité dans ce refrain, Booba ne peut empêcher la nostalgie de l’envahir tout entier.

 

 

Booba versus La Fouine. La Fouine versus Booba. Quelle idée lumineuse ils ont eu tous deux voilà quelques mois de faire enfler la polémique par médias interposés !  A coups de morceaux tels « AC Milan » pour Booba, ce à quoi La Fouine a rétorqué à son adversaire par une cinglante punchline nommée « Autopsie 5 », les deux compères s’entredéchirent copieusement. Enjeu officiel : la place d’empereur du rap français. Officieusement : créer et entretenir le buzz, faire parler d’eux en bien ou en mal, s’insulter, se mépriser, occuper le devant de la scène. Avec ou sans micros.

 

Résultat, leurs ventes d’albums décollent plus qu’Edward Snowden de Russie. A tel point que la ministre de la Culture Aurélie Fillipetti évoquait la possibilité il y a encore peu de se rendre à Miami pour forcer les deux égéries du « gangsta » rap français à faire la paix autour d’une quelconque coupette de pétillant. Initialement, l’idée n’avait pas effleuré la sémillante ministre qu’en pleine crise économique, prendre l’avion aux frais du contribuable pour aller réconcilier deux artistes/entrepreneurs multimillionnaires -quand d’autres artistes peinent à vivre de leur talent, que les associations artistiques courent après les deniers pour survivre et que le chômage ne faiblit pas- pourrait faire jaser plus que rapper l’opinion publique. Tiens donc, Miami se trouve aux Etats-Unis. Pays de fiscalité attractive pour les gros portefeuilles. Oubliées, les innombrables tuiles essuyées par Obélix Depardieu lorsqu’il a quitté la France pour raisons fiscales… Question de méthode semble-t-il, car peu semblent se soucier de l’évasion fiscale, pardon l’optimisation fiscale, choisie par Booba et La Fouine lorsqu’ils ont troqué la grisaille métropolitaine en s’installant à l’ombre des cocotiers floridiens pour des raisons d’ensoleillement compréhensibles.

Revenons chez Booba

Le téléphone sonne

 

Booba (B) : Alloooooo ?

La Fouine (LF) : Yop, c’est Laouli (prénom de La Fouine)

B : On dit quoi ? T’as bien reçu mes chocolats ? A propos, c’était une bonne idée de balancer sur le web les images de notre altercation devant le parking à Miami avec Dixon (autre rappeur notoire) ainsi que « ta » sex tape ? Je sais aps’ pour toi, mais depuis, le nombre de « viewers » sur les réseaux sociaux et les ventes de mes titres ont décollé sur iTunes et ailleurs.

LF : Vas-y, ta gueule !

B : Ben quoi ?

LF : Laisse-moi en placer une !

B : Aaahhh !

LF : Quoi encore ?

B : Non, rien, il y a juste un oiseau qui s’est posé sur mon balcon, il m’a fait peur ce con.

LF : OK. Bon, faut qu’on parle. Il paraît que Joey Starr en a marre qu’on se moque de lui. Il parle de venir nous casser la gueule si on n’arrête pas de casser du sucre à son sujet.

B : Ah ouais, genre il est plus chaud que les Miami Heat !

LF : Il parle même de sortir un morceau en collaboration avec Johnny Hallyday. Pour résumer, il est dans le coup et ils comptent nous en donner… Il faut contre- attaquer. Comment il s’appelle le type qui est en prison ?

B : Bernard Tapie ?

LF : Non, celui-là, il en est ressorti.

B : Ah, je croyais que…

LF : Ne crois pas, réfléchis. L’autre type, là !

B : Lionnel Messi ? Mais il s’est seulement fait redresser par le fisc espagnol, ambiance « fisc fucking ». C’est à te rendre de malade d’essayer de gagner des biftons.

LF : On n’est pas là pour faire l’avocat du diable !

B : (rires) Ah, il s’appelle comment ?

LF : Naaaan, c’est une image.

B : Ah, tu peux me l’envoyer par SMS ?

LF (Dépité) : Bref, je pensais que comme t’as balancé une vidéo nommée « AC Milan » et que le groupe TLF t’a clashé avec « Barca », et ben il y a un clairement un rapport avec le football; donc il faut convaincre Léo Messi de faire un clip avec nous deux. Teaser : il jonglerait avec des ballons autour de top models dans une piscine en feu éclairée par les phares de voitures de luxe, le champagne Krug coulerait à flots, pendant que nous on rapperait torses nus après s’être enduits d’une huile corporelle pour faire ressortir nos muscles.

B : (rires) Original. Où vas-tu chercher tout ça ?

LF : (rires) Va savoir.

B : Ouais, perso’, vu qu’on parle de l’AC Milan et de Barca (qui ressemble à Barça, hein ?) on n’a qu’à demander à Zlatan, il est plus bad boy que Messi. D’autant plus que ça risque de l’intéresser davantage, vu qu’il a joué dans les deux équipes.

LF : Impec, on met ça en place ! Promis, il va moins faire la star, Joey. On va plus le fumer que de la jamaïcaine !

B : Comme, dirait Docteur Dre, see you on « The next episode » !